Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/07/2010

Le temps de la douceur et du partage

9782746504530.gifJ'ai un peu tardé à le lire et ma lecture ne rebondit dès plus si bien sur l'actualité. Et pourtant, la lecture n'est pas inutile même si elle enfonce une porte ouverte auprès d'une convaincue que je suis de l'obligation que nous avons de mettre fin à la hiérarchie qui retient l'information (un vol), d'intégrer à toutes nos réflexions ce que Michel Serres appelle la Biogée, c'est-à-dire le monde que nous avons traité comme un objet et qui maintenant est devenu sujet. Notre intelligence doit donc muter de la vonlonté de dominer à celle de partager en tenant compte, dans chaque décision, des poissons, de l'air, de l'eau. Nous devons donc entrer dans un jeu à trois et plus à deux ! Ne plus dissocier l'homme du monde. Car après avoir nié le monde et mis en place une société sans monde, il fait entendre sa voix (fonte des glaces, ouragans...) Nous entrons donc dans un nouveau triangle que Michel Serres nomme Sciences-Société-Biogée. Pour que nos politiques cessent d'être désuètes, elles doivent tenir compte de cette Biogée, de ce monde qui n'est pas un objet passif mais est aujourd'hui déterminant ! Et pour que les savants puissent parler au nom de la Biogée, il faut qu'ils prêtent serment pour ne pas être inféodés aux pouvoirs militaire, religieux ou économique.

Le partage et la douceur dont nous parle Michel Serres rappelle la "Société de la Connaissance" de Marc Luyckx Ghisi (Editions Romaines) qui lui aussi parle de mettre fin à notre organisation patriarcale pour travailler davantage en réseau, en partageant l'information afin d'avancer dans le bon sens.

Bref, pour l'un comme pour l'autre, notre capacité à rebondir se situe dans notre intelligence et une vision plus féminine des choses et du monde. Malheureusement, tout le monde n'est pas prêt à l'entendre encore. Ce(s) livre(s) est(sont) donc à mettre entre de nombreuses mains encore !

Les commentaires sont fermés.