Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

27/02/2011

La difficulté d'être père

Davidbook_v_490.jpg Vann a réussi à me faire oublier Houellebecq et son épouvantable prix Goncourt, ennuyeux, ennuyeux et terriblement ennuyeux. Pas la peine d'ailleurs de dépasser les 200 premières pages pour s'en rendre compte. J'ai fermé ce machin (non, ce n'est pas un roman, ni un livre) j'ai boudé, boudé, boudé. Je ne suis pas revenue poser mes notes tellement cette affaire-là ne passait pas. Beurk, le dégoût. Et puis, bien sûr, j'ai repris le chemin des librairies. Parce que, Dieu soit loué, il n'y a pas que Houellebecq. OUf !

Il y a par exemple David Vann ! Une découverte fabuleuse. Parce que, lui, il sait nous maintenir en haleine alors que deux personnes sont sur une île. Seuls. Il ne se passe presque rien et pourtant, c'est incroyable tout ce qu'il passse au lecteur. D'abord de l'esthétique, l'esthétique de l'écriture puis des lieux qu'il dépeints. C'est beau. Mais c'est lourd, car on sent très vite que les choses ne vont pas se passer comme le père se l'imaginait. Il souhaite passer un an sur une île avec son fils de 13 ans, mais... Mais sa relation avec lui va faire obstacle. Sa difficulté à être père. Et même à être un homme.

Mais si on sent dès le début que les choses vont connaître un sort difficile, on ne sent pas venir le "dénouement" réel. On est surpris, puis suspendu au fil de l'histoire. Une histoire terrible et belle qui nous habite longtemps après avoir refermé le livre. Nous renverrait-elle à nos propres égoïsmes ?

Les commentaires sont fermés.